Theme | Thématique

WHISTLEBLOWING

To mark its inauguration, the Nursing Observatory will devote this year to the theme of whistleblowing. Whistleblowing remains a topical subject that particularly affects the nursing profession. Few nurses dare to denounce shortcomings in their workplaces, and those who do continue to experience serious consequences such as harassment, ostracism, threats, and loss of employment. Yet, whistleblowing is widely recognized as the symptom of flaws within a system that fails to meet its social, moral and legal obligations. In the health care context, these flaws can have serious consequences for patient safety and the safety of care givers, quality of care, and the integrity of work environments.

In Canada, many discussions have focused, in a limited way, on whistleblowing cases involving government employees. Despite these discussions, despite the need to broaden the debate to all categories of workers, and despite numerous calls to implement strong legal safeguards to protect whistleblowers, such measures remain uneven, insufficient or completely absent across provinces. For nurses, these measures are indispensable to denounce issues such as unsafe care, violence in the workplace, or even fraud.

In the absence of clear and comprehensive protections, many gray zones remain where whistleblowing is concerned. Through this thematic dossier, the Nursing Observatory will examine this issue from the perspective of nurses with the assistance of many collaborators and via various activities that promote analysis and exchange.

LA DÉNONCIATION

Afin de souligner son inauguration, l’Observatoire infirmier se consacrera cette année à la thématique de la dénonciation. La dénonciation demeure un sujet d’actualité qui touche particulièrement la profession infirmière. Peu d’infirmières et d’infirmiers osent dénoncer les manquements dans leurs milieux de travail, et celles et ceux qui le font continuent de subir des conséquences graves, telles que du harcèlement, de l’ostracisme, des menaces, et la perte de leur emploi. Pourtant, la dénonciation est largement reconnue comme le symptôme des failles d’un système qui échoue à ses obligations sociales, morales et légales. En contexte de soins de santé, ces failles peuvent avoir des conséquences sérieuses pour la sécurité des patients et des soignants, pour la qualité des soins et pour l’intégrité des milieux de travail.

Au Canada, beaucoup de discussions ont porté, de manière limitée, sur des cas de dénonciation par des employés gouvernementaux. Malgré ces discussions, malgré le besoin d’élargir le débat à toutes les catégories de travailleurs, et malgré de nombreux appels à mettre en place des balises légales solides pour protéger les dénonciateurs, de telles mesures demeurent inégales, insuffisantes ou carrément inexistantes à travers les provinces. Pour le personnel infirmier, ces mesures sont indispensables à la dénonciation d’enjeux tels que des soins non sécuritaires, de la violence en milieu de travail, ou encore de la fraude.

En l’absence de protections claires et intègres, la question de la dénonciation comporte nombre de zones grises. Par le biais de ce dossier thématique, l’Observatoire infirmier se penchera sur cette question spécifiquement du point de vue du personnel infirmier, en faisant intervenir plusieurs collaborateurs et au moyen de diverses activités d’analyses et d’échanges.